Yom Kippour, que l’on ne s’y trompe pas

Yom Kippour, fête du grand pardon Résumé rapide de la fête à Beth Yeshoua et de l’exhortation de Lucas Micciche
Que l’on ne s’y trompe pas. 

A Yom Kippour c’est Dieu qui a prévu les sacrifices d’expiation. Si nous nous sentions obligés de « faire » quelque chose en accomplissant nos œuvres religieuses, alors c’est que nous n’avons absolument rien compris du message de Yom Kippour. 

Si nous avions besoin de faire des listes de choses à faire, des prières de repentance, des actes rituels, lors de cette fête, c’est donc que nous sommes très loin d’avoir compris le sens des fêtes de l’Eternel.

A Yom Kippour, c’est Dieu qui a tout fait. Nous n’avons rien à faire. De long en large, les écritures nous montrent que c’est l’Eternel qui a tout prévu, le rachat, l’animal bouc émissaire, l’œuvre expiatoire. Il a envoyé son Fils pour prendre sur lui et expier nos propres iniquités. 

Que nous reste-il donc encore à « faire » à Yom Kippour ?

Bénir le Seigneur, lui rendre grâce et éventuellement laisser là notre offrande si nous savons que quelqu’un a quelque chose contre nous.

Pour le reste apprenons une bonne fois pour toute que si nous voulons « faire » encore nos actes religieux lors de ces fêtes, c’est donc que nous ne considérons pas pleinement le sacrifice de Yeshoua comme parfait et que nous pensons devoir encore l’améliorer.
Maintenant si nous avons pleinement compris le pourquoi de cette fête et que nous sommes encore liés par un esprit religieux, alors nous insultons Dieu et nous refusons d’admettre que son sacrifice est parfait. Repentons nous alors une bonne fois pour toute!

Yom Kippour est une fête anniversaire où l’on commémore le grand pardon que Dieu nous a accordé en Yeshoua.

Toute la question reste de savoir comment localement une assemblée messianique va célébrer les fêtes de l’Eternel. 

A Pessah on célèbre la « mémoire » du sacrifice de l’agneau. On ne sacrifie pas à nouveau un agneau. De même à yom Kippour on remémore l’œuvre expiatoire des 2 boucs émissaires. On ne renvoie pas de nouveau deux boucs dans le désert en leur affublant nos malédictions. De même les fêtes de l’Eternel sont considérées comme « Mémoire ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s